Accueil / Le mental au tennis / La comparaison avec les autres

La comparaison avec les autres au tennis

Qu'il s'agisse du tennis ou de tout autre domaine, se comparer avec les autres est une erreur fréquente qui conduit la plupart du temps à se dévaloriser et à avoir une vision négative de soi-même.

Pas très bon pour être heureux et pour bien jouer au tennis !

Dans cet article, je vous donne mes conseils pour éviter cette erreur et pour adopter une attitude plus saine qui vous aidera à jouer au tennis plus sereinement.

Voici une petite citation qui résume bien le problème de la comparaison incessante avec les autres : "Comparison is the thief of joy" (La comparaison est le voleur de la joie), Theodore Roosevelt.

La comparaison avec les autres au tennis - vidéo

Voyez la compétition de façon positive

Au tennis, on peut voir les autres joueurs comme une menace potentielle si on est obsédé par le fait d'être meilleur que tout le monde.

C'est une façon de voir la compétition où l'adversaire est un peu considéré comme un ennemi.

Certains pensent que cet état d'esprit est nécessaire pour avoir la combativité nécessaire pour gagner des matchs et c'est une attitude que je déconseille.

La compétition doit être vue comme le moyen de se dépasser, de repousser ses limites, d'apprendre sur soi-même et l'adversaire est là pour nous y aider.

Se comparer avec les autres n'aide pas à se sentir bien

Être constamment dans un mode de fonctionnement où on se compare avec les autres génère du stress.

La plupart du temps, on fait des comparaisons pas très équitables où on compare nos points les plus faibles avec les points les plus forts des autres ; si vous avez un point faible en revers vous allez peut-être vous comparer aux autres en disant : "ils ont vraiment un bon revers eux ! ".

Au final, on risque de se dévaloriser et de se décourager.

Même si on se compare à des joueurs que l'on juge moins bons que nous, on est dans une attitude qui génère du stress.

On a l'impression que ça nous fait du bien de nous sentir meilleurs mais au fond cela montre surtout qu'on est dans le doute sur nos capacités et sur notre valeur.

Quelqu'un qui ne doute pas de sa valeur n'a pas besoin d'être rassuré et de se la prouver constamment.

Ce mode de fonctionnement génère du stress mais il se met aussi en place parcequ'on s'inquiète de notre propre valeur.

On peut rentrer dans un cercle vicieux de ce type :

  • je suis anxieux en ce qui concerne ma valeur,
  • je me compare aux autres,
  • cela alimente mon stress,
  • etc.

Acceptez-vous tel que vous êtes

La comparaison avec les autres fait inévitablement intervenir l'estime de soi, la valeur que vous estimez avoir.

Se comparer beaucoup avec les autres montre un manque d'estime de soi.

Quand on est plus serein avec soi-même, qu'on s'accepte davantage avec ses qualités et ses défauts, on a moins tendance à se comparer de façon anxieuse avec les autres.

Pour améliorer votre estime de soi, faites le point sur vos qualités et vos défauts et acceptez les totalement.

Vous n'avez pas besoin d'être parfait, personne ne l'est.

Ne faites pas dépendre votre estime de vos performances au tennis en vous comparant avec les autres.

En faisant cela, votre estime de soi et par la même votre bonheur seront instables ; les jours où vous aurez l'impression d'être meilleur que ceux à qui vous vous comparez, vous serez heureux, dans le cas contraire vous aurez une mauvaise image de vous.

Recentrez-vous sur le plaisir de jouer et ne soyez pas impatient de progresser pour rattraper tel ou tel joueur que vous connaissez.

Soyez positif avec les autres

L'envie d'être supérieur aux autres peut amener à éprouver de la jalousie envers ceux qui réussissent là où on échoue.

Ce n'est pas un sentiment qui va aider à avancer et à se sentir bien.

Si vous êtes envieux des réussites des autres, essayez plutôt de vous réjouir pour eux et de les féliciter sincèrement.

C'est une attitude qui vous donnera plus de sérénité et de confiance.

Comparez-vous avec vous-même !

La meilleure attitude est de se comparer avec soi-même.

Comment se comparer avec soi-même ?

Comparez celui ou celle que vous êtes aujourd'hui à celui ou celle que vous étiez hier ou il y a quelque temps.

En faisant cela, vous faites le point sur votre évolution personnelle.

Votre objectif est d'être meilleur aujourd'hui que vous ne l'étiez auparavant, rien d'autre.

Se comparer aux autres en termes de résultats, de performances, c'est une tentation qui peut sembler naturelle mais qui n'a pas beaucoup de sens.

Les autres sont différents de vous, ils ont une autre histoire, une autre éducation, une autre façon de percevoir les choses, chacun évolue à sa façon, à sa vitesse.

Définissez vos objectifs personnels

Se focaliser sur soi-même plus que sur les autres est la meilleure attitude.

Pour cela, il faut se connaître, ses points forts et ses points faibles, et se fixer des objectifs cohérents.

Tous les joueurs ne peuvent pas avoir les mêmes objectifs pour leur progrès.

Pour vous, il s'agira peut-être d'améliorer votre service, votre revers, votre physique...

Pour d'autres ce sera le coup droit, la patience, les attaques sur balles à mi-court.

C'est souvent de ne pas savoir où on va qui fait qu'on s'égare et qu'on se compare aux autres.

En sachant exactement ce que vous devez faire pour améliorer votre tennis, vous serez déjà en meilleure posture pour vous focaliser sur vous-même.

La bonne comparaison avec les autres

Il y a une façon utile de se comparer avec les autres.

Elle consiste à analyser ce que font les autres pour se demander si vous pourriez vous en inspirer.

Inspirez-vous des autres au lieu de vous comparer avec eux.

Dans cette comparaison, il n'est pas question de jugement de valeur de type "je suis meilleur ou je suis moins bon que lui".

Vous pouvez par exemple comparer les éléments suivants avec des joueurs qui sont meilleurs que vous pour le moment :

  • votre façon de vous entraîner,
  • votre façon de percevoir ce qui se passe et de réagir aux évènements (fautes, défaites, frustration),
  • vos choix tactiques en match,
  • votre attitude par rapport à la prise de risque, osez-vous prendre autant de risques qu'eux ?
  • votre attitude par rapport à la patience, êtes-vous aussi patient ?

L'idée n'est pas de tout remettre en cause dans ce que vous faites et de copier systématiquement ce que font des joueurs meilleurs que vous.

L'idée est de piocher ce que vous estimez intéressant.

Personnellement j'aurais dû m'inspirer de la façon de s'entraîner de joueurs meilleurs que moi qui :

  • s'entraînaient moins mais mieux, avec des objectifs mieux définis,
  • faisaient des entraînements sur des thèmes variés,
  • travaillaient beaucoup leur service et leur retour,
  • donnaient moins d'importance au tennis !

Lorsque vous essaierez de mettre en place un comportement que vous estimez intéressant pour vous, soyez patient, n'ayez pas pour objectif de faire aussi bien que les autres du jour au lendemain.

Ce serait retomber dans un mode de comparaison avec les autres qui génère du stress.

Il peut aussi y avoir une sorte d'émulation positive entre des joueurs qui veulent se dépasser l'un et l'autre.

Dans ce cas, il n'y a pas de jalousie, c'est une façon de voir la compétition de façon positive, un moyen de progresser et de se dépasser, c'est un bon état d'esprit.