Team-tennis.fr
Collection Nike Tennis Heritage

Et si Sun Tzu nous apprenait à mieux jouer ?

L’art de la guerre est sans conteste un des livres qui a marqué les siècles.

À la fois guide stratégique, essai philosophique et rapport ethnologique, il est utilisé dans de très nombreux domaines.

Les écoles de commerce et de marketing le mettent souvent au programme, par exemple, pour les leçons qu’il prodigue.

Mais les écrits de Sun Tzu ne sont pas que destinés aux soldats ou aux vendeurs.

Ils comportent aussi un intérêt pour les sportifs, après tout, la compétition est une bataille aussi.

Si des parallèles ont été faits avec des sports collectifs comme le football ou le rugby, les paragraphes parlant de l’organisation de l’armée aidant, ce livre est aussi utile pour le sport individuel.

Et c’est ce que nous allons voir au travers de quelques préceptes du général chinois.

La confiance, principe premier du sportif

"Le bon général a gagné la bataille avant de l'engager".

Voici un précepte précieux.

La confiance est primordiale pour tout sportif, mais encore plus au tennis.

Seul avec votre raquette face à votre adversaire, c'est un combat aussi physique que psychologique qui se joue.

Et celui qui part avec la plus grande confiance est avantagé dans cette joute mentale.

Pour que cela soit possible, il faut, bien entendu, un travail en amont. 

La confiance se construit avec l'entraînement, la répétition.

Un pianiste est moins hésitant sur une nouvelle partition s'il a pratiqué des années durant.

C'est exactement la même chose ici.

"Tout le succès d'une opération réside dans sa préparation", disait le sage chinois.

Avoir une pleine confiance en ses capacités ne veut pas dire qu'il faut sous-estimer son adversaire.

C'est même un piège qui garantit la défaite pour Sun Tzu.

Il faut au contraire tenter de paraître plus faible afin que ce soit votre adversaire qui prenne la situation à la légère.

"Il faut feindre la faiblesse, afin que l'ennemi se perde dans l'arrogance", dit-il pour illustrer cette idée.

Maîtriser son environnement

"Connais le ciel et connais la terre, et ta victoire sera totale".

Un autre pan essentiel qui peut paraître anecdotique aux joueurs amateurs est la maîtrise du terrain.

Si des spécialistes de certaines surfaces, Nadal et la terre battue par exemple, sont aussi craints, c'est bien que l'environnement possède une place importante dans la résolution d'un match.

Au-delà des surfaces, l'environnement compte donc autant que le reste.

Il faut savoir jouer avec une luminosité, une température, le vent aussi bien entendu en cas de match en extérieur.

L'adversaire a des cartes en main, ses faiblesses comme ses forces, comme vous.

Avant de rentrer complètement dans le match, vous ne pouvez analyser complètement l'adversaire.

Vous n'avez que vos cartes et celle du terrain.

Quelles que soient les mains de poker de vos adversaires, pourtant, ils devront aussi faire avec le flop (le terrain ici) et c'est donc à vous de vous l'approprier.

Encore une fois, ici, la préparation et l'expérience seront vos meilleurs alliés.

Connaître ses forces et ses faiblesses

"Si tu ne connais ni ton adversaire ni toi-même, à chaque bataille tu seras vaincu".

S'il est parfois difficile de connaître son adversaire, il est souvent plus compliqué encore de se juger avec objectivité.

Connaître ses points faibles est aussi important que de s'appuyer sur ses points forts.

C'est comme cela que la maîtrise d'un match est acquise.

Il ne sert à rien de se fixer des objectifs sur le très long terme lors d'un match.

Des petits buts facilement atteignables maintiendront la confiance et la concentration dans le match. 

Concrètement, il est inutile de se dire "je vais gagner ce set", pensez plutôt, "je vais gagner ce point" ou encore " je vais jouer sur son revers, j'ai remarqué qu'il n'était pas à l'aise, voyons s'il confirme".

C'est ainsi que le général légendaire l'illustre : "Celui qui n'a pas d'objectifs ne risque pas de les atteindre".

Plus on a d'objectifs, même petits, plus les victoires s'accumulent dans l'esprit, entraînant alors un cercle vertueux.

Le chef-d'œuvre de Sun Tzu est bien entendu beaucoup plus riche d'enseignements encore que ces quelques analyses.

Il devrait être lu par tous, autant pour sa valeur littéraire que son indéniable apport, dans le sport comme la vie quotidienne.

C'est peut-être ça, une véritable œuvre universelle.

Ça traverse le temps, mais aussi les domaines.