Team-tennis.fr
Collection Nike Tennis Heritage

Gérer mentalement son nouveau classement au tennis

Ça y est c'est la sortie des classements, on est fébrile, on se demande si on va monter, se maintenir ou descendre !

Pour certains c'est un peu comme l'attente des résultats d'un examen ou d'une note après un contrôle.

Est-ce qu'on va pouvoir être content de soi ou au contraire être déçu de ce qu'on a fait ?

Est-ce qu'on va avoir honte de devoir dire qu'on est descendu ou fier de dire qu'on est monté ?

On parle de tout ça dans cet article.

La sortie des nouveaux classements

La montée

C'est bien sûr le meilleur cas, ça fait toujours plaisir de monter en classement. Sauf quand on visait encore plus haut...

C'est le cas le plus facile à gérer et pourtant il faut faire attention à certaines choses.

Le risque, c'est de se croire arrivé à un certain niveau de jeu, de considérer que certaines choses sont acquises et de relâcher ses efforts.

  • Ne relâchez pas vos efforts,
  • soyez content que vos efforts soient récompensés mais ne tombez pas dans la vantardise et la prétention, cela nuira à vos progrès futurs,
  • ne vous comparez pas aux autres, ne cherchez pas à leur être supérieur,
  • continuez à vous fixez des objectifs,
  • restez conscient de tous les progrès que vous pouvez encore accomplir et de tout ce que vous avez encore à apprendre,
  • soyez tout simplement content de progresser, d'apprendre, d'avancer dans le tennis,
  • faites le point sur le plaisir que vous avez eu en jouant ; on peut monter en classement sans prendre beaucoup de plaisir en compétition, ce qui est dommage et à terme limitera les progrès.
    Monter en classement ne veut pas toujours dire que tout va bien.

En résumé, soyez content et en même temps restez lucide et conscient de ce qu'il faut continuer à améliorer.

Le maintien

Se maintenir, c'est bien quand on ne visait pas plus haut et c'est décevant quand on pensait monter.

Dans ces deux cas, vous pouvez appliquer les conseils que je donne en cas de montée ou de descente.

La descente

Parfois on s'y attend, ça fait un peu mal quand même, parfois on ne s'y attend pas, et là c'est une déception !

Abordez cette situation comme une défaite dans un match : il faut analyser ce qu'il s'est passé le plus froidement possible pour ne pas reproduire les mêmes erreurs, c'est comme cela que l'on progresse.

Voici des questions à se poser si vous êtes déçu par votre classement.

Avez-vous fait assez de matchs ?

Une vingtaine de match devrait être un minimum. Proche de 50 c'est encore mieux et proche de 100 vous êtes au top et vous ne pouvez rien vous reprocher de ce côté là !

Beaucoup de joueurs n'ont pas un classement qui reflète leur vrai niveau tout simplement parcequ'ils ne font pas assez de matchs officiels.

Si vous êtes dans ce cas là, ne vous démoralisez pas.

Fiez-vous à votre niveau réel et soyez conscient que vous ne pourrez avoir le classement que vous méritez qu'en faisant le nombre de matchs nécessaires.

Si vous avez fait beaucoup de matchs et que vous ne montez pas en classement, il faut vous poser des questions concernant :

  • votre technique,
  • votre tactique,
  • votre mental,
  • vos qualités physiques.

Il faut trouver les points faibles qui vous font perdre vos matchs et les travailler à l'entraînement.

Vous-êtes vous donné à 100% dans vos matchs ?

Avez-vous donné votre maximum physiquement, tactiquement, mentalement ?

Si ce n'est pas le cas, cela signifie que vous gaspillez un certain nombre de matchs.

Si vous balancez des matchs, si vous craquez trop facilement, si vous n'êtes pas à fond sur toute la durée de vos matchs, c'est normal que cela se ressente sur votre classement final...

Et s'il ne vous manquait que quelques points pour monter ?

C'est une autre source de déception : se rendre compte qu'il vous manquait juste quelques points pour monter d'un classement.

Si vous avez fait peu de matchs, c'est un peu normal ; en jouant peu on a très peu droit à l'erreur et il faut que vous arriviez à faire plus de matchs pour être moins juste au niveau de vos points.

Si vous jouez beaucoup, cela signifie peut-être que vous avez juste le niveau pour le classement supérieur.

Les résultats se jouent parfois à pas grand chose, en match et pour le classement final et il faut savoir l'accepter calmement, en relativisant l'importance du classement.

Vous pourrez toujours avoir ce classement l'année prochaine si vous avez vraiment le niveau et puisqu'il ne vous manquait que quelques points, vous savez intérieurement que vous avez ce niveau de jeu, ce qui est déjà pas mal !

Relativisez l'importance du classement

On est d'autant plus déçu que l'on attache beaucoup d'importance au classement et que l'on s'identifie à son classement.

  • Prenez du recul et dites-vous que vous êtes bien plus que votre classement au tennis : votre classement au tennis ne fait pas de vous quelqu'un d'inférieur ou supérieur aux autres.
  • Votre valeur en tant que personne n'est pas liée à votre classement au tennis.
  • Le but du tennis est surtout de vous donner du plaisir, pas de vous valoriser.
  • Pour vos saisons, n'ayez pas uniquement un objectif de classement, ayez des objectifs tactiques, au niveau de votre attitude, des choses que vous pouvez contrôler par vos efforts.

"Jouer au tennis pour le plaisir", cette phrase est vraiment bateau mais c'est pourtant la base : il faut jouer au tennis pour le plaisir, sinon quel intérêt !?

Le classement est un point de repère, il peut servir d'objectif mais il ne faut pas lui donner trop d'importance.

Pensez à votre niveau de jeu à l'entraînement, quand vous êtes vraiment libéré et que vous vous faites plaisir en jouant, et cela vous donne une idée plus positive de votre tennis.

Ne vous laissez pas perturber et influencer par les personnes de votre entourage qui attachent trop d'importance au classement.

Les personnes positives sauront ne pas attacher trop d'importance à votre classement au tennis, elles s'attacheront plutôt à savoir si vous prenez plaisir à jouer et si vous vous amusez en essayant de progresser dans votre jeu, peu importe les résultats.