Accueil / Le mental au tennis / Lâcher prise - La technique du "Je m'en fous !"

Lâcher prise au tennis

Dans cet article, je vous explique comment je parviens à lâcher prise et à trouver du relâchement en jouant au tennis.

Le lâcher prise peut vous aider à rapprocher votre niveau de jeu des matchs de celui que vous avez à l'entraînement.

Ces conseils pourront servir à tous les joueurs qui :

  • n'arrivent pas à se libérer en match,
  • ont peur de perdre contre des adversaires moins bien classés,
  • ont peur de se sentir nuls s'ils perdent,
  • veulent toujours jouer leur meilleur tennis.

N'hésitez-pas à me tenir au courant en me laissant un commentaire en bas de page !

Lâcher prise au tennis - Conseils en vidéo

Le problème de la peur en match

Lors de matchs officiels de tennis, parfois même à l'entraînement, vous avez peut-être expérimenté cette sensation de "petit bras" qui manifeste le fait que vous perdez vos moyens.

En fait, quand on joue au tennis, surtout en match officiel, la peur peut prendre trop de place :

  • peur de faire la faute,
  • peur de perdre le match, particulièrement contre un joueur moins bien classé,
  • peur du regard des autres,
  • peur de décevoir vos proches (parents, coach, etc.),
  • peur de perdre votre classement en fin d'année,
  • peur de ne pas faire aussi bien que vos copains qui ont des bons résultats,
  • très important : peur d'être obligé de faire face à une image de vous qui vous déplait : celle de quelqu'un qui perd alors que vous voudriez avoir le sentiment de votre valeur en étant un gagnant,
  • etc.

Il s'agit des peurs les plus fréquentes et ce sont des peurs qui concernent les conséquences que vont avoir nos actes.

On a envie d'attaquer, de lâcher nos coups comme à l'entrainement, mais c'est comme si on se disait "et si...".

Et si je faisais la faute ?

Et si ça m'amenait à perdre le match ?

Et si j'étais obligé de faire face à une réalité que je ne suis pas prêt à regarder en face ? Que je n'ai pas toujours le niveau que je rêve d'avoir, que je ne suis pas si parfait que je voudrais l'être...

Etc.

La peur prend une place proportionnelle à l'importance que l'on donne aux résultats de nos matchs, à l'importance qu'aura le résultat sur notre estime de soi.

Quand la peur prend trop de place, quand on a des attentes trop focalisées sur les résultats et le niveau de jeu, on ne joue plus en fonction d'une tactique de jeu en utilisant nos forces et nos faiblesses, on ne se fait plus plaisir, on joue sous le contrôle de la peur.

Dans ce cas, on risque de s'énerver par frustration de produire ce tennis qui nous déçoit.

Si on réussit malgré tout à gagner le match, on n'est pas vraiment content de soi et si finalement on perd, on est très déçu.

L'anxiété et la peur sont également liées à notre envie de tout contrôler ; notre niveau de jeu, le résultat du match, etc.

Le lâcher prise

Voici ce que j'ai souvent fait en match officiel comme à l'entraînement et qui est très efficace sur moi.

Je peux véritablement hausser mon niveau de jeu de plusieurs classements en l'utilisant.

Cette "technique" peut me permettre de me rapprocher de la sensation que j'ai quand je joue un match contre un joueur nettement mieux classé où je n'ai rien à perdre.

La technique est très simple en tout cas en théorie : je me dis que je m'en fous !

C'est exactement de cette façon que je formule la phrase.

Vous pouvez l'adapter mais il faut une phrase très courte et simple qui évoque parfaitement l'attitude que vous souhaitez adopter.

Personnellement, j'ai besoin en match de prendre cette décision de façon brutale mais le lâcher prise peut aussi se faire progressivement.

Évidemment il ne suffit pas de dire "je m'en fous" pour que ça fonctionne.

C'est l'attitude et le ressenti qui accompagnent cette phrase qui sont essentiels.

Explications !

Je ne me fous pas du match !

Quand je dis que je m'en fous, ça ne veut pas dire que je me fous du match, sinon ça va m'amener à jouer de façon complètement dilettante, ce qui ne serait pas bon.

Lâcher prise ne veut pas dire se résigner ou abandonner, l'idée est de lâcher prise sur les choses qu'on ne peut pas contrôler.

Si vous pouvez changer certaines choses en faisant des efforts, faites-le !

Ça m'est arrivé plusieurs fois de me dire que je me foutais "vraiment" du match, et dans ce cas j'ai pris mes affaires et j'ai dit "merci, au revoir" à l'adversaire avant la fin du match, pas génial...

Ce n'est bien sûr pas l'objectif.

Une solution pour se détacher d'attentes trop élevées

Cette phrase et cette sensation de lâcher prise doivent venir à un moment où on en a assez de se mettre trop de pression, où on en a assez d'être paralysé par des peurs qui nous empêchent de prendre des risques et de lâcher nos coups.

On devient conscient que nos attentes prennent trop de place ; on a tellement envie d'atteindre ces attentes et en même temps peur de ne pas y arriver qu'on est paralysé.

C'est important d'être conscient de la peur exagérée que l'on ressent à ce moment là.

Même si on n'en connaît pas les raisons précises, on doit pouvoir seulement se dire "je suis entrain de trop me prendre la tête pour un match de tennis" !

Le fait de dire "je m'en fous", ou toute autre formulation qui vous est personnelle, doit être accompagné d'un véritable sentiment d'acceptation de ce qui se passe si les peurs que vous avez se réalisent, c'est ça le plus important.

A travers l'acceptation des conséquences possibles de ce que vous allez faire le terrain, c'est vous-même que vous acceptez, avec vos imperfections et vos faiblesses.

Ce dont je me fous, ce n'est pas du match, c'est des attentes excessives associées au match et des conséquences également exagérées que vont avoir mes choix tactiques pendant le match.

Quand je dis "je m'en fous", ça revient à me dire plusieurs choses d'un seul coup intérieurement :

  • je me fous/j'accepte totalement de faire la faute si je joue juste tactiquement,
  • je me fous/j'accepte totalement de perdre si j'ai fait de mon mieux et joué le tennis qui me plait, qui a du sens pour me faire progresser sur le long terme,
  • je me fous/j'accepte totalement ce que pense quiconque en me voyant jouer ou concernant mes résultats,
  • je me fous/j'accepte totalement de perdre contre un joueur moins bien classé, c'est pas la fin du monde, je vais m'en remettre si ça arrive,
  • je n'attend pas de ce match qu'il renforce mon estime de moi-même,
  • j'accepte l'éventualité de perdre ou de mal jouer sans que cela ne me renvoie une image insupportable de moi-même.

Finalement, ce "je m'en fous" ne fait que me ramener à un niveau normal d'importance à donner au match.

Je lâche prise sur tout ce que j'attends de moi-même qui est irréaliste et surtout inutile ; des attentes destinées à me prouver que j'ai de la valeur si je joue bien au tennis par exemple.

En même temps ce sont ces pensées qui perdent leur emprise sur moi, je m'accepte avec les erreurs que je peux comettre et je reviens davantage dans le plaisir de jouer au tennis, simplement pour le jeu.

Le fait de m'accepter et d'accepter la réalité telle qu'elle est, avec le décalage qu'il peut y avoir par rapport à ce que j'attends, va dissoudre automatiquement les peurs qui m'empêchent de jouer.

Ça me permet de jouer en me rapprochant du mieux que je peux faire, ce qui est impossible si j'ai peur de tout pendant le match.

Il faut parfois se dire cette phrase à plusieurs reprises pendant le match.

On peut se le dire à un moment donné, ressentir des effets positifs, et se remettre à stresser de façon exagérée par la suite. Dans ce cas, on se le répète à nouveau pour se remettre dans un bon état d'esprit qui aidera à oser tenter des choses.

Ce qui m'aide également à me dire que je me fous des conséquences de mes actions pendant le match, c'est :

  • la recherche du plaisir en jouant ; je me dis que je perds mon temps si je n'essaie pas de jouer un tennis qui me plaît,
  • la recherche des progrès sur le long terme ; je me dis que ça n'a aucun sens de jouer un tennis timoré et peureux si je sais très bien que je peux faire mieux, ça va peut-être me permettre de gagner ce match de façon vilaine mais ce n'est pas comme ça que je vais progresser sur le long terme,
  • le fait de savoir qu'il ne va rien arriver de dramatique si je perds ou si je joue mal.

Si vous avez du mal à vous approprier la phrase "Je m'en fous !" de façon positive pour votre tennis, reformulez là à votre façon, ça peut-être :

  • ce n'est pas dramatique (de perdre, de prendre des risques et de rater, etc.),
  • allez je me fais plaisir !
  • allez j'arrête de me prendre la tête et peu importe les conséquences.

A vous de trouver votre formulation !

Préalable indispensable : être conscient de nos pensées

Pour parvenir à lâcher prise sur des attentes hors de notre contrôle et sur des pensées qui provoquent de l'anxiété, il faut commencer par être conscient de ces mécanismes.

Entraînez-vous à être attentif à toutes les pensées que vous avez par rapport à votre tennis :

  • pensées diverses,
  • attentes,
  • peurs,

et notez quel impact ont ces pensées sur vos émotions et sur vos ressentis physiques.

Certaines pensées vont provoquer de la peur, qui peut se traduire par une boule au ventre, une incapacité à bouger les jambes, une crispation au niveau du bras.

D'autres pensées vont au contraire vous libérer, vous donner envie de tenter des choses et d'être entreprenant.

Prendre conscience de vos pensées parasites et de leur impact négatif vous aidera progressivement à lâcher prise sur ces pensées et à jouer plus libéré.

Les blocages pour le lâcher prise

Cette technique ne va pas pouvoir être utilisée par tout le monde.

Certains n'en ont tout simplement pas besoin et parmi ceux qui en ont besoin, tous ne seront pas capable de l'utiliser.

C'est lié à plusieurs facteurs, notamment  l'âge, l'entourage proche, l'expérience personnelle dans la vie et dans le tennis, les objectifs personnels, l'importance de l'ancrage des peurs, le niveau d'estime de soi et à quel point on a pris l'habitude d'associer l'estime de soi à ses performances.

Chez les jeunes

Pour les enfants, le problème est en général moins marqué car l'ego est moins développé.

Dans ce cas, la pression vient souvent de l'entourage, par exemple des parents qui donnent trop d'importance aux résultats.

Chez les joueurs qui s'identifient beaucoup à leur classement et à leur niveau de jeu

C'est également difficile pour tous les joueurs qui manquent d'estime de soi, qui auront du mal à accepter de prendre des risques et de devoir faire face à la défaite et ce qu'elle représente de dramatique pour eux.

En cherchant à améliorer l'estime de soi, on commet souvent l'erreur de trop s'identifier à notre niveau de jeu ou à notre classement.

Dans ce cas, le lâcher prise sera difficile car il concerne des éléments sur lesquels on fait reposer notre identité.

Il faudra apprendre à dissocier l'estime de soi des résultats au tennis et apprendre à s'accepter et à se valoriser indépendamment d'éléments qui ne sont pas sous notre contrôle.

Chez les joueurs qui ne sont pas conscients de l'impact de leurs pensées

Si on n'est pas conscient de l'impact négatif qu'ont certaines pensées sur nos émotions et nos sensations, on ne pourra pas changer.

C'est donc une condition indispensable de devenir de plus en conscient de nos pensées, pour s'orienter au maximum vers celles qui nous boostent et pas vers celles qui nous paralysent !

Chez les joueurs qui ont peur de perdre le contrôle en lâchant prise

Lâcher prise veut dire accepter de perdre le contrôle sur les évènements, contrôle que de toute manière on n'a pas davantage quand on est anxieux, on a juste l'impression de l'avoir.

Certains joueurs, en lâchant prise, vont avoir peur de moins bien jouer, d'être moins concentré, peur de partir dans l'inconnu...

Il faut l'expérimenter au moins une fois pour constater que le lâcher prise permet de jouer libéré et avec une meilleure concentration que quand on est sous l'emprise de l'anxiété.

Cette technique est intéressante pour des joueurs qui commencent à être conscients de l'impact négatif qu'ont leurs attentes trop élevées sur leur tennis.

Les joueurs qui se pourrissent la vie depuis un bon moment sur le terrain et qui veulent que ça change !

Pour pouvoir effectuer ce lâcher prise, il faut être convaincu qu'une des pires choses à faire avant un match est :

  • d'avoir des attentes trop élevées envers soi-même,
  • de faire dépendre l'estime de soi de ses performances.

Et pour ça il faut parfois du temps et de l'expérience.

Vous pouvez ne pas vous sentir capable de procéder à ce lâcher prise pour le moment mais maintenant que vous savez quelle importance cela a, ce concept va pouvoir faire son cheminement dans votre esprit et dans quelques temps vous pourrez peut-être vous en sentir capable.

Tenez-moi au courant en me laissant un commentaire !

Promo tennis octobre 2019